Le 10 Mars 1997 aux Etats-Unis, une petite série du nom de Buffy The Vampire Slayer débarquait sur les écrans de la The WB. Après sa diffusion, le site The Hollywood Reporter a écrit une review de l’épisode. Voici le texte original datant de 1997 :

Ils sont étranges, ils sont mystérieux et terrifiants… oh attendez, ça c’est la Famille Addams. Donnons un petit coup de jeune, car ce dont on parle ici c’est une nouvelle série appelée Buffy Contre les Vampires, avec Sarah Michelle Gellar dans le rôle principal.

La série a débuté par un double épisode de deux heures, dont l’histoire débute là où l’histoire du film de 1992 s’était arrêtée. Gellar est dotée de pouvoirs pour détruire les forces du mal et protéger l’humanité, sécher les cours, trainer dans les cimetières et mentir à sa mère.

En gros, c’est comme si vous mélangiez les films Clueless et Dracula en mettant l’accent sur une bande d’ados lycéens, des vampires et des prophéties apocalyptiques.

Le premier épisode, « Bienvenue à Sunnydale », montre Gellar (All My Children) essayant de s’intégrer dans cette nouvelle école et oublier son passé. Elle fait la rencontre de La-Plus-Chic-De-Tous et reine du campus Cordelia, jouée par Charisma Carpenter (Malibu Shores), qui lui fait immédiatement passer un test pour savoir ses goûts en matière de mode.

Buffy fait aussi la rencontre de nouveaux amis joués par Nicholas Brendon et Alyson Hannigan. Anthony Stewart Head joue le rôle du mentor de Buffy à l’humour coincé.

Gellar se montre être touchante en tant que super-héroine qui veut juste avoir une vie normale, trainer avec ses amis et ne pas créer plus de problèmes qu’elle n’en a déjà fait par le passé, pour l’amour du ciel.

C’est tellement fun de voir Gellar se la jouer Bruce Lee lorsqu’elle botte les fesses de la brigade de la crypte.

Cette série surnaturelle possède des musiques rapides et bruyantes, des héros charmants et de chouettes effets spéciaux pour les vampires. Il n’y a presque pas de sang du tout puisque les vampires tombent en poussière de manière élégante.

Des dialogues à la mode et un humour très bien écrit nous décrivent une situation totalement déjantée dans laquelle évolue les acteurs. Il y a assez d’attention porté aux amourettes de lycée et rivalités du campus pour attirer une audience plus jeune et assez d’arts martiaux et de vampires pour attirer les fans du genre. Les vannes pleine d’esprit rendent facile d’adorer ces personnages combattre les forces du mal et sauver le monde.

Les prises de vues et les effets spéciaux sont juste géniaux dans ce double épisode de deux heures.

Ecrit par Michael Farkash pour The Hollywood Reporter. Traduit par Slayer Revival.

Et pour ce remettre dans le bain, voici la bande-annonce du premier épisode de Buffy :