A l’occasion des 20 ans de la série Buffy contre les Vampires, James Marsters nous livre des anecdotes du tournage de Buffy que vous ne connaissez peux-être pas. C’est le site MySpace qui se charge d’interviewer l’acteur qui nous donne quelques informations inattendues sur son personnage ainsi que sur le tournage de la série !

Spike Drusilla

Son audition

James Marsters : On m’a appelé au dernier moment. Apparemment ils cherchaient Spike depuis quelques mois sans trouver qui que ce soit. Ils m’ont embauché trois jours avant le début du tournage. Ce qu’il s’est passé c’est que Joss Whedon, le créateur de la série, a dit au directeur de casting de racler les fonds de tiroirs et de voir ce qu’il trouve. Et c’est moi qu’ils ont trouvé au fond de ce tiroir. Je venais d’arriver à Los Angeles, je n’avais eu que quelques rôles à la télévision (je faisais principalement du théâtre). Et personne ne savait qui j’étais. L’audition était plutôt standard. J’ai auditionné dans le bureau du directeur de casting, puis on m’a rappelé pour venir sur le plateau de la série et faire une lecture devant Joss et d’autres scénaristes de la série. Je pense que ce qui m’a fait avoir ce rôle c’est mon alchimie avec Juliet Landau (Drusilla). Je devais être son jouet pour cinq épisodes et Angel devait me tuer. Comme Juliet et moi sommes tous les deux du monde du théâtre, nous avions le même vocabulaire et nous étions à l’aise l’un avec l’autre dès le début. Si Juliet ne m’avait pas aimé, vous parleriez à quelqu’un d’autre aujourd’hui.

Son accent

Spike à un accent anglais (dans la version originale), et je pensais avoir le bon accent anglais lors de mon audition. Mais il se trouve que nous avions un anglais pure souche dans la série. Tony Head (Giles), qui est venu me voir rapidement pour me dire que mon accent anglais n’était pas bon du tout, qu’il allait m’aider et que je n’avais pas le choix. Il m’a fait prendre des cours avec lui pendant deux trois mois avant d’avoir un accent qui le satisfaisait. Je le remercierais à jamais pour ça. Je crois qu’il ne supportait plus de m’entendre écorcher les mots avec mon accent.

Ses cascades

J’ai fait du judo. Et je venais du théâtre où personne ne fait les cascades pour vous. J’en avais même mis en scène certaines. Donc j’avais l’habitude, je n’ai pas eu à prendre des cours de combat pour Buffy. Je me suis surement amélioré à force de pratiquer. J’ai probablement fait trop de mes cascades. Mon cascadeur, Steve Tartalia, venait de Hong Kong. Il faisait ce que d’autres cascadeurs refusaient de faire. J’avais vraiment quelqu’un de talentueux et un peu fou à mes côtés. Mais je ne l’ai pas souvent laissé bosser. Je voulais en faire le plus possible.

Son premier jour de tournage

Ce que je me souviens particulièrement de mon premier jour de tournage c’est le fait d’avoir réalisé que je n’allais plus être pauvre. Je faisais du théâtre depuis tellement longtemps que je m’étais fait à l’idée de manger des haricots en permanence. La première scène que nous avons tourné était celle où Spike espionne Buffy sur la piste de danse au Bronze. Tout le monde était super emballé par ces premiers plans. Et je me disais « Hey, ils vont pas me tuer tout de suite. Je vais peut être avoir encore quelques chèques avant qu’ils me virent. Je vais pouvoir payer mon loyer cette année. » C’était le plus beau jour de ma vie. Être pauvre, ça craint. [Rire] Spike, lui, n’en avait rien à faire de l’argent, ça lui passait au dessus. S’il voulait quelque chose, il le prenait. Il ne voulait pas une belle voiture. S’il le voulait, il aurait pu.

Sa jalousie envers Spike

Maintenant que j’ai 54 ans, l’immortalité est plutôt un concept tentant. Ce qui ressort de Spike c’est quelque chose que j’ai aussi personnellement, de la joie, du bonheur et un soupçon de fun. Spike s’amusait à arracher la tête de gens. Le secret du personnage c’était de ne pas perdre cette joie malgré tout.

Sa teinture blonde

C’était extrêmement douloureux. Il y avait un avertissement sur la boîte qui disait « N’appliquer cette coloration que toutes les 6 semaines. » C’était vraiment mauvais de faire ça souvent. Et nous le faisions tous les 8 jours pendant 6 ans. Ils me disaient : « Nous ne savons pas s’il te resterait des cheveux après la série. » Mes cheveux allaient bien, c’était mon crâne le problème. J’avais des plaies encore ouvertes de la précédente teinture, et ils me coloraient sur ces plais. Et c’est devenu plutôt intéressant. Ce n’était pas ma partie préférée de la journée. Nous devions le faire tous les 8 jours parce que je ne pouvais pas avoir de racines apparentes. Les vampires sont morts, leurs cheveux ne poussent pas. Mais bon, ça m’allait bien et les filles adooorent les blonds. Et puis les blonds sont plus fun, ça je le sais. Mais ça fait mal.

Son épisode préféré

5.16 Orphelines. C’est la preuve que la série abordait de vrai thème, que les personnages sont solides, que nous n’avions pas à raconter des blagues pour rendre un épisode vraiment intéressant pour ces personnages. Je ne crois pas qu’on rigole une seule fois dans cet épisode. Je me souviens que Joss était venu me voir pour me dire « J’ai écrit un script et j’ai bien peur que tu ne sois pas dedans. » Et j’ai répondu « Joss, je ne crois pas que Spike veuille être dans cet épisode. » C’était incroyable. Et puis le baiser entre Willow et Tara a toujours eu beaucoup d’importance pour moi. Le premier baiser lesbien à la télévision. J’ai rencontré beaucoup de personnes qui m’ont dit que lorsqu’ils ont vu cette scène cela les a aidé à accepter leur propre sexualité.

L’épisode Musical

Je me souviens avoir été terrifié avant de tourner 6.07 Que le Spectacle Commence. Tout le cast était terrifié. Je n’étais pas un mec à fond sur les comédies musicales. Aujourd’hui beaucoup de comédies musicales sont géniales, mais quand j’étais jeune j’étais pas du genre Hello Dolly. Plutôt Apocalypse Now. Je ne voulais pas que Spike soit dans une comédie musicale. [Rire] Ce mec était comme un Sex Pistols. Il allait finir dans un show rock de Broadway. C’est un personnage punk, c’est quoi ce bordel ?! Avec Tony Head (Giles) nous savions chanter, nous étions tous les deux dans un groupe et nous sortions des albums. Je ne pensais sincèrement pas que Joss, en tant que parolier inexpérimenté, pouvait y arriver. Un des acteurs est allé le voir pour lui dire « Écoutes, tu m’as engagé comme acteur. C’est mon boulot. Et tu me demandes de faire quelque chose que je ne sais pas faire, dont je n’ai aucune expérience. Tu vas me mettre devant un public et faire quelque chose où je suis mauvais. Je peux pas plutôt jongler avec des tronçonneuses à la place ? ça sera aussi mauvais pour ma carrière. » C’était pas faux.
Finalement les acteurs sont passés au dessus et ils ont réalisé que Joss n’allait pas changer d’avis. On a arrêté de pleurnicher de se plaindre et on s’est mis au boulot. Et ça a finalement été un super épisode. Aucun de nous n’avais réalisé le génie de Joss Whedon. Nous savions que c’était un génie, mais nous ne connaissions pas l’étendue de son talent. On se disait « heureusement qu’il nous connait. »

Pourquoi Buffy c’est génial ?

Ce qui est génial dans Buffy c’est qu’à chaque fois que tu regardes, tu ne sais jamais dans quelle aventure tu vas embarquer. C’est toujours un peu la surprise.

Le positif et négatif d’être un vampire

Il y a du négatif ?! Il y a tellement de positif ! De tous les personnages dramatiques, jouer un vampire est le plus cool de tous. Si vous demandez à un acteur quel genre de rôle il veut jouer, il va probablement vous dire « un rôle qui me rend cool ». Et un vampire c’est le plus cool de tous les personnages que je puisse imaginer.
Le négatif c’est que je n’ai pas vu le soleil pendant 7 ans. Et ça engendre des problèmes médicaux, j’ai dû consulter un docteur. La plage me manquait et les couchers de soleil. [Rire] Le chef du maquillage m’a fait promettre de ne jamais trainer au soleil tant que j’avais ce rôle. Et j’ai joué le jeu. Je savais que je devais vivre dans l’ombre pour vraiment réussir ce rôle.

Les fans

Ce que je garde en mémoire c’est lorsque les gens me disent que la série les a vraiment aidé dans leur vie. Je suis vraiment reconnaissant d’avoir pu faire parti de cette série qui a su toucher le monde. Je n’ai pas créé la série. J’ai joué dedans. Et c’est très différent. Mais j’ai vraiment eu beaucoup de chance d’être dans cette série.