Erika Amato, chanteuse du groupe des années 1990-2000 Velvet Chain, a eu la gentillesse de répondre à quelques questions pour Slayer Revival. Si son visage vous est familier c’est car Erika est apparue dans Buffy contre les vampires en 1997. En effet le groupe est en concert au Bronze dans l’épisode 5 Un Premier Rendez-Vous Manqué de la toute première saison de la série. Et si vous ne vous rappelez pas de son visage, vous reconnaitrez à coup sûr les chansons Strong et Treason entendues dans l’épisode.

Erika a donc laissé un petit message vidéo pour Slayer Revival et tous les fans de Buffy.

Elle a ensuite répondu à quelques questions.
Pour lire la version originale, c’est par ici.

[Erika], vous êtes la chanteuse de Velvet Chain. D’où vient le nom « Velvet Chain » exactement ?

Et bien, le groupe a connu une précédente formation avec un nom différent pendant environ un an, mais nous étions 2 chanteurs dans cette version (l’autre étant un homme), et nous devions donc trouver un tout nouveau nom pour cette nouvelle version (avec seulement moi comme chanteuse). Nous voulions trouver quelque chose qui exprimait les 2 facettes de notre musique – de la douceur avec un côté plus dur – et nous avons finalement trouvé Velvet Chain (« chaîne de velours »). En quelque sorte doux et sexy mais aussi fort et nerveux.

Vous êtes apparue dans la série en 1997 dans un épisode. Pouvez-vous partager votre expérience de tournage ?

Quand on a fait notre épisode, c’était seulement le 3ème épisode tourné (même si c’est le 5ème de la saison). « Buffy » était un remplacement de mi-saison, et on ne s’imaginait pas du tout que la série aurait un tel succès. J’étais vraiment contente d’être là, et étant actrice, j’étais assez familière de la façon dont se déroulait le tournage… mais mon mari (Jeff Stacy, notre bassiste et compositeur/producteur principal) faisait que de tourner en rond en disant des choses telles que, « Comment peuvent-ils sérieusement penser tirer une série de « Buffy the Vampire Slayer »?!? ça ne marchera jamais! ». C’était un peu embarrassant, mais personne ne semblait offensé. Autre chose intéressante, quand on tournait nos scènes ils lançaient la musique et ensuite l’éteignaient pour véritablement tourner la scène. Donc, on devait tous « jouer » (en silence) et chanter en playback à un rythme qui était juste dans nos têtes. Il n’y avait PAS DE MUSIQUE du tout pour se repérer! Je suis d’ailleurs très fière car mon playback collait plutôt bien. J’ai dû garder un bon rythme régulier dans ma tête! hahaha